LA LEGENDE DE LA CHAPELLE DES PELOUSES

 

 

Au temps de la marine à voiles, lorsque la Loire sortait de son lit, nombreuses étaient les difficultés de navigation

et il fallait bien du courage pour affronter la fureur du fleuve.

 

Il arrivait parfois que le marinier dont le bateau risquait de chavirer dans l'instant, n'ait plus d'autre recours que la prière.

 

Voici ce qui est arrivé à un équipage dont l'embarcation remonta le fleuve, privée de vent à la tombée du jour et sur le point de faire naufrage. Malgré la manoeuvre périlleuse qui les accaparait, les hommes prièrent Notre Dame de Bon Secours, en lui promettant d'élever une chapelle dans le pays où elle les conduirait. Le vent se leva, gonfla les voiles, et le bateau cessa ses tourbillons fous dans le courant, pour accoster peu après à Chouzé, tous sains et saufs.

 

Les mariniers tinrent leur promesse et la chapelle fut construite.

 

Pendant très longtemps on y faisait un pèlerinage. Le petit bateau de l'église était alors descendu et porté sur le port, le prêtre bénissait le fleuve, puis la procession se dirigeait vers la chapelle des pelouses afin de demander protection pour les hommes de l'eau.

 

Avec la disparition des mariniers cette coutume cessa. Au fil des ans, entretenue tant bien que mal par les uns et les autres, cette chapelle privée subit bien des dommages. Ce n'est qu'en 1984, pour les besoins d'une exposition sur la batellerie que des recherches furent entreprises, et qu'un acte de donation en faveur de la commune fut retrouvé.

 

Cet heureux hasard permit  une belle restauration. La statue qui s'y trouvait : une vierge dite " à l'oiseau blessé " sera l'objet de soins particuliers à l'école des Beaux-Arts de Tours.   Janine Séjourné