COSTUMES ET COIFFES

 

Costumes et coiffes des femmes demandaient beaucoup de patience, de soins, de dextérité tant dans la confection que pour leur entretien.

 

Les femmes portaient un grand manteau noir, appelé "capote", un tablier orné de belles dentelles., et un bonnet.

Les chemises étaient de chanvre, filé à la main.

Le chanvre était, avec l'osier, la culture la plus importante.

 

Le bonnet rond, ou bonnet paillé, ainsi appelé parce que jadis sont gaufrage s'effectuait au moyen de paille de blé. Le paillé pouvait être remplacé par une broderie plate.

Le bord pouvait avoir un ou deux rangs de plis gaufrés ; son fond était plus ou moins large ; il s'ornait d'un ruban de satin ou de faille broché ou uni, noué à l'arrière par un large noeud.

Le bonnet de deuil était en tulle à poids noir sur le fond.

 

cliquez pour agrandir l'image

Vers 1840, en été, les paysans aisés portaient des pantalons de badin blancs avec des sous-pieds; En hiver ils chaussaient des bottes. Mais le plus souvent les hommes, et les femmes, portaient des sabots de bois.

Les hommes portaient une blouse bleue, une chemise de toile au col amidonné, et une petite cravate noire.

 

Ils arboraient un bonnet de coton bleu pour le travail, il chapeau mou noir, et même le haut de forme pour les grandes cérémonies.

Avec la disparition des bonnet s'en allèrent les lingères ; autrefois les repasseuses allaient de maison en maison et repassaient les bonnets pour plusieurs mois.

source : G. Richard, L'Evolution Rurale

 

  photo Editions Greff

      Coiffe tourangelle